Rachid Taha s’en est allé

Rachid Taha, très grand ami de Radio Nova, est mortRachid Taha

Nous venons d’apprendre le décès de notre frère et ami au long cours Rachid Taha. 

Un Rachid Taha en pleine activité ces derniers jours, de retour d’un concert en Jordanie, heureux de son nouveau disque dont le single « Je suis africain » était sur le point de sortir. Rachid qui préparait aussi un concert qui lui tenait à coeur, avec l’orchestre philharmonique de Lyon.

Sa « Douce France » lui rend hommage, et Radio Nova adresse ses sincères condoléances à son fils et à sa famille.

Le rockeur Rachid Taha avait contribué, dans les années 1980, à l’émergence du raï en France, d’abord avec son groupe Carte de Séjour (leur reprise de « Douce France » de Charles Trénet, en 1986, avait alors défrayé la chronique, et revigoré, à sa manière, la chanson française), puis en solo, avec notamment la sortie de son premier album Barbès en 1991. En 1993, son titre « Voilà voilà que ça recommence » évoquait la montée, importante, du Front National.

PAROLES DOUCE FRANCE

Il revient à ma mémoire
Des souvenirs familiers
Je revois ma blouse noire
Lorsque j’étais écolier
Sur le chemin de l’école
Je chantais à pleine voix
Des romances sans paroles
Vieilles chansons d’autrefois
Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon cœur!
Mon village au clocher aux maisons sages
Où les enfants de mon âge
Ont partagé mon bonheur
Oui je t’aime
Et je te donne ce poème
Oui je t’aime
Dans la joie ou la douleur
Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon cœur
Oui je t’aime
Et je te donne ce poème
Oui je t’aime
Dans la joie ou la douleur
Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon cœur
Je t’ai gardée dans mon cœur

Ses reprises de musiques chaâbi avaient également contribué à remettre en avant les musiques populaires algériennes. Membre ensuite du projet éphémère 1, 2, 3 Soleils avec Khadel et Faudel (un album et un succès immense en 1998), Rachid Taha devait aussi reprendre plus tard le classique de The Clash et de Joe Strummer « Rock the Casbah » (devenu « Rock el Casbah », avant que son titre « Ya Rayah » ne devienne son plus grand tube.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s