Compréhension et production écrites DALF C2

DALF C2

La maîtrise de la langue se traduit par un degré de précision, d’adéquation et d’aisance dans l’expression. Le candidat de C2 est capable de réaliser des tâches académiques ou de niveau avancé.

Pour l’épreuve de compréhension et de production écrites, le candidat doit rédiger un article, un édito, un discours ou un rapport à partir d’un dossier de documents.

Le candidat devra donc utiliser à bon escient les éléments contenus dans les documents, apporter des arguments personnels et adopter son style à la production demandée. Voici donc quelques conseils pour rédiger un édito.

Source : wikiHow

Résultat de recherche d'images pour "édito"

Un éditorial est un article de fond qui présente l’opinion d’un groupe sur une question donnée. C’est pourquoi ce genre d’article n’est généralement pas signé. Un éditorialiste procède comme un juriste. Il écrit son article autour d’un argument déjà formulé et s’efforce de convaincre le lecteur d’accepter certaines positions sur une question d’actualité brulante. Au fond, un éditorial est un article d’opinion qui se rapporte à une question d’actualité.

 

Choisissez un thème et un point de vue (pour le C2 le thème est donné avec le sujet).
Le but d’un éditorial est d’influencer l’opinion publique, de favoriser la pensée critique et parfois d’encourager les gens à agir sur une question particulière. Votre thème doit être d’actualité, avoir un objectif et présenter un intérêt pour le lecteur. Généralement, il y a quatre types d’éditoriaux selon leur but.

  • L’explication ou l’interprétation : cette formule est employée pour expliquer dans le détail la position d’un journal ou d’un périodique sur une question controversée.
  • La critique : il s’agit de critiquer des actions ou des décisions émanant d’un tiers tout en proposant des solutions plus avantageuses. Cette présentation vise surtout à sensibiliser le lecteur sur l’importance et la portée d’une question donnée.
  • La persuasion : ce type de texte sert à amener le lecteur à agir en lui présentant des solutions à un problème donné sans s’étendre sur la présentation du problème lui-même.
  • L’éloge : ce genre de texte est employé pour apporter un appui à des personnes ou des organisations qui ont rendu un service appréciable à la communauté

Soyez convivial.

Généralement, un éditorial se lit rapidement d’une seule traite. Vous ne pouvez vraiment pas rédiger des pages et des pages pour vous éterniser sur la question traitée ou amener le commun des mortels à penser qu’il a raté quelque chose. Assurez-vous que votre éditorial n’est ni très long ni trop complexe.

  • Le bon format se situe entre 600 et 800 mots (c’est le nombre de mots pour le C2). Si votre article est plus long, vous risquez d’ennuyer le lecteur. Un éditorial court, fougueux et percutant retient mieux l’attention qu’un exposé verbeux.
Commencez votre éditorial par une déclaration semblable à un énoncé de thèse.

L’introduction, qui comprend le premier ou le premier et le deuxième paragraphe, doit être structurée pour retenir l’intérêt du lecteur. Vous pouvez commencer par évoquer une question brulante, faire référence à une citation ou résumer la teneur de l’éditorial.

  • Énoncez clairement vos arguments. Le reste de votre article sera consacré à étayer votre opinion. Soyez aussi percutant que possible. Cependant, ne rédigez pas à la première personne « je », car cela diminue l’impact et la crédibilité de votre article qui risque de paraitre familier.
Continuez en expliquant clairement l’objet de votre éditorial.

Le développement de votre article doit expliquer objectivement le problème traité, comme le ferait tout bon journaliste. Vous devez aussi démontrer à votre lectorat l’importance de ce problème.

  • Rédigez votre texte pour répondre aux questions suivantes : qui, quoi, où, quand, pourquoi et comment. Protégez vos arrière-gardes et mentionnez des citations ou des faits puisés dans des sources dignes de foi. Ceci permet au lecteur d’avoir une connaissance non déformée de la question traitée.
Exposez d’abord l’argument contraire.

Veillez à identifier les groupes qui vous contrediront et également les parties prenantes au débat quand il devient plus compliqué. Énoncez leurs opinions objectivement en employant des citations et des faits précis. N’écrivez jamais de propos calomnieux.

  • Il est acceptable d’évoquer des éléments positifs concernant la partie adverse dans la mesure où ces éléments sont factuels. De cette façon, vous démontrerez votre attachement à la morale et à l’équilibre de vos positions en général. Si vous négligez de monter les côtés constructifs de vos adversaires, votre éditorial sera déformé et s’appuiera sur des informations incomplètes.
  • Présentez à vos adversaires un argument réel et très solide. Vous ne gagnez rien en prétendant qu’il n’y a aucun problème. Établissez clairement le point de vue de la partie adverse et ce qu’elle préconise.
Exposez des raisons et des preuves qui contredisent directement les prétentions de vos adversaires.

Commencez cette section par une transition qui fait la liaison entre l’argumentation adverse et la vôtre. Employez des faits et des citations d’autres personnes pour appuyer votre thèse.

  • Commencez par un fort argument que vous renforcerez encore plus dans la suite de l’article. Ne vous limitez pas aux opinions existantes et ajoutez les vôtres aussi. Quelles que soient vos raisons, veillez à prendre une position claire, car il n’y a pas de place pour le doute.
  • Les allusions littéraires conviennent très bien à un éditorial. Cela peut rehausser votre crédibilité et mettre en valeur votre érudition. Évoquez des époques ou des personnages historiques pour mieux convaincre vos lecteurs.
Faites la promotion de votre solution.

Cette partie est différente de l’argumentation et de la production de preuves. Si vous êtes contre une réduction du budget de la défense, quel budget allez-vous proposer de diminuer à la place ? Pour traiter correctement un problème, vous devez présenter une solution appropriée. Si vous ne faites pas de proposition adaptée, n’importe quelle solution deviendra meilleure que ce que vous préconiserez.

  • Votre proposition doit être claire, rationnelle et réalisable. Votre démarche ne peut pas être développée dans le vide. Quoi de plus sinon que votre solution doit être convaincante ? Idéalement, l’information et les réponses que vous avez données devraient pousser vos lecteurs à passer à l’action.
Concluez votre éditorial par un argument coup-de-poing.

Une déclaration bien assénée sera gravée à jamais dans l’esprit de vos lecteurs. Employez une citation ou posez une question pour amener le lecteur à réfléchir sérieusement à la question posée. Par exemple, vous pouvez poser une question du type suivant : si nous ne prenons pas soin de l’environnement, qui le fera à notre place ?

  • Pensez aux lecteurs qui ont parcouru votre article distraitement et concluez par un résumé percutant. D’une manière générale, vos lecteurs doivent être convaincus par votre article et se sentir prêts à prendre des mesures concrètes pour aller de l’avant.

EXEMPLE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s