Un an de chanson française après les attentats

capture

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ont laissé leur empreinte dans les esprits du monde entier. Ils avaient notamment touché le monde de la musique en plein cœur.

Hommage aux victimes du Bataclan près de la salle de concert

Les artistes français se sont donc emparés du sujet et nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui ont évoqué, au cours de l’année qui vient de s’écouler, le drame dans au moins l’une de leurs chansons. À froid ou à chaud, de façon plus ou moins tacite, plus ou moins pudique, plus ou moins claire. Parmi eux, il y a Renaud. L’artiste français qui a vendu le plus de disques en 2016. Dans l’album de son retour, on trouve deux chansons qui évoquent les attentats. L’une est intitulée « Hyper Casher« , l’autre « J’ai embrassé un flic« .

 

En 1975, dans la chanson « Hexagone« , Renaud balançait :

La France est un pays de flics. À tous les coins d’rue y’en a cent. Pour faire régner l’ordre public, ils assassinent impunément.

40 ans plus tard, Renaud martèle la fraternité, avec trompettes et accordéon. Même le gouvernement n’avait pas osé aller jusque-là. Au début de cette année, le ministère de l’Éducation nationale a passé commande d’une chanson,en hommage aux victimes des attentats de janvier et novembre 2015. La musique est signée du trompettiste Ibrahim Maalouf, les paroles sont écrites par son oncle, l’Académicien franco-libanais Amin Maalouf. Ça s’intitule « Un automne à Paris » et ça n’est pas qu’une chanson-hommage. L’idée est aussi célébrer un patrimoine commun. Cette culture française, ciment de l’union nationale. Une tentative d’éducation civique, chantée par une idole des jeunes : Louane.

En dehors de ces chansons qui relaient le « vivre ensemble », cette expression devenue nom commun, les artistes s’inquiètent des divisions du pays. C’est le cas du rappeur Kery James avec un morceau pourtant intitulé « Vivre ou mourir ensemble« .

Après les attentats du 13 novembre, le sujet qui revient dans les chansons d’aujourd’hui, c’est la montée du Front National. Quatre artistes ont choisi de réfléchir au pourquoi de sa progression à travers un album entier. Sur la pochette on lit : Frère Animal, second tour. Le disque est construit comme une pièce de théâtre. Le personnage principal rallie le F.N. Il est chanté par Florent Marchet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s