Les nouveaux mots du Petit Robert et du Petit Larousse cuvée 2017

Emoji, zadiste, twittosphère… Les nouveaux mots du Petit Robert et du Petit Larousse cuvée 2017

« Le Petit Larousse », édition 2015.

L’un – Le Petit Robert – sortira en librairie le 19 mai, l’autre – Le Petit Larousse – une semaine après, le 26 mai. Et comme chaque année de nouveaux mots font leur apparition dans les deux célèbres dictionnaires français.

Le cru 2017 du Petit Larousse, ouvrage traditionnellement le plus vendu de la rentrée, accueille ainsi plus de 150 mots nouveaux qui reflètent les avancées des sciences, de la médecine ou du monde informatique. Le dictionnaire fait également la part belle aux nouvelles tendances culinaires et gastronomiques. Outre le « yuzu » venu du Japon, le « phô » (bouillon vietnamien) et le « wrap » (galette de blé ou de maïs) font leur apparition.

La gastronomie est également présente dans Le Petit Robert, selon Le Parisien, qui a recensé près de 150 mots nouveaux. Ainsi, le menu va du « piquillo » venant du Pays basque espagnol jusqu’au plat thaïlandais « pad thai », en passant par les graines germées d’alfalfa pour les végétariens.

Ai Weiwei, Xavier Dolan et Sandrine Kiberlain dans le Petit Larousse

Le Petit Larousse entre également dans le champ politique en ajoutant des mots qui sont entrés dans l’actualité ces derniers mois tels que « zadiste », « antisystème », « europhobe » ou encore « déclinisme ». Au total, l’édition 2017 du Petit Larousse, dont la devise demeure « Je sème à tout vent », compte plus de 63 000 mots et quelque 5 500 dessins, cartes et photographies.

Du côté des personnalités, 50 nouveaux noms font leur entrée dans le célèbre dictionnaire. L’artiste chinois Ai Weiwei s’expose aux côtés d’Elisabeth Badinter. Du côté du cinéma le réalisateur Brian De Palma côtoie Xavier Dolan et Robert Guédiguian tandis que chez les acteurs Sandrine Kiberlain est à l’affiche avec Vincent Lindon.

Du côté du Petit Robert, de nombreux mots sont issus du monde informatique tels que twittosphère, geeker, ou encore l’émoji. Selon Le Parisien, le verbe ubériser, qui rentre également dans le dictionnaire, est désormais défini comme un moyen de « déstabiliser et transformer avec un modèle économique innovant tirant parti des nouvelles technologies ».

Le Monde | 12.05.2016

Les youtubeurs et la twittosphère arrivent dans le dico

Les mots du Net font cette fois encore une entrée massive dans la version 2017 du Petit Robert, en librairie le 19 mai. Ils vont pouvoir s’enjailler et vivre ensemble dans cette bible de notre langue.

ILLUSTRATION.

Voici, en exclusivité, un florilège d’entrants au panthéon des mots.

Sur les écrans

Les stars de la Toile comme EnjoyPhoenix ou Norman l’ont popularisé, le Petit Robert l’a couronné. Le substantif youtubeur (euse), « personne qui publie ses propres vidéos sur le site YouTube », est désormais doté d’une définition officielle. De quoi faire causer sur la twittosphère, cette « communauté des personnes qui postent des tweets et de celles qui les lisent ». Ce sont souvent les mêmes qui adorent geeker, « passer du temps sur son ordinateur ». Et qui raffolent de l’ émoji, cette « petite image utilisée dans un message électronique pour exprimer une émotion, représenter un personnage, une action… » Ce nom masculin, marque déposée, est issu du japonais : « e » qui signifie dessin et « moji », lettre. Gare, tout de même, aux excès qui peuvent conduire à la nomophobie, cette « dépendance extrême au téléphone portable ». Un smartphone qui s’avérera tout de même fort utile au moment de réserver, via une application, son hôtel ou son taxi. Car aujourd’hui, la plupart des secteurs d’activité de services se font ubériser, c’est-à-dire « déstabiliser et transformer avec un modèle économique innovant tirant parti des nouvelles technologies ».

A table

La gastronomie venue d’ailleurs alimente les nouveautés. Au menu, un pad thaï, « plat traditionnel thaïlandais composé de nouilles de riz, d’œufs, de crevettes ou de viande, agrémenté de soja, de cacahouètes… » servi avec un piquillo, « piment doux d’une variété produite dans le Pays basque espagnol ». Les végétariens opteront plutôt pour les graines germées d’ alfalfa, « luzerne cultivée, riche en protéines et en calcium », qui ne remplit pas l’estomac du viandard, « personne qui aime la viande, qui en mange beaucoup ».

Aux terrasses

Après un bon repas, les couche-tard foncent s’enjailler, comprenez « faire la fête » en « langage des jeunes ». Ce verbe, issu de l’argot de Côte d’Ivoire, est une déformation de l’anglais to enjoy, s’amuser. Il est synonyme de faire la chouille, régionalisme de Lorraine qui a conquis l’Hexagone. En se rassemblant aux terrasses des quartiers métissés, les noctambules contribuent au vivre-ensemble, « fait de vivre harmonieusement entre concitoyens, dans l’égalité, le respect et la solidarité ». Après une soirée alcoolisée, à l’heure où démarre, à la télé ou la radio, la journée du matinalier (« personne qui anime une émission matinale »), il est recommandé d’éviter la virée en fixie, « bicyclette sans roue libre, au pignon solidaire de la roue arrière ». Il est plus sage d’évacuer les toxines le lendemain au guidon d’un aquabike, « sorte de vélo fixe que l’on immerge pour faire de l’exercice dans l’eau ».

Le parisien , 12 Mai 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s