L’orthographe….

CatturaZep, auteur de la BD « Titeuf » nous fait part sur son Blog (cliquez sur l’image ci-dessus) de sa souffrance lorsque l’on maltraite la langue de Molière. Sauriez-vous dire quelles sont les erreurs qui font faire des cauchemars à Zep? 🙂

www66colorOK

Mais pourquoi notre orthographe est-elle aussi compliquée ? Voici un début de réponse pris sur le portail de langues Franco-Allemand

L’orthographe française ne va pas de soi. Pourquoi écrit-on « beaucoup », même si moins de lettres suffiraient ? On pourrait aussi bien écrire « bocou » ou même « boku »… Cependant, les écritures officiellement correctes ne sont pas les fruits du hasard : l’orthographe française avec toutes ses embûches et ses particularités a une longue histoire.

Les Romains sont les « coupables » de ce dilemme orthographique. Même si, d’un autre côté, sans eux, la langue française n’existerait pas. Ce sont les immigrants romains qui ont répandu en Gaule le latin parlé, aussi appelé latin vulgaire. La prononciation a évolué avec le temps, jusqu’à ressembler, au XVIème siècle, à celle d’aujourd’hui. Pour écrire cette nouvelle langue, les savants de jadis utilisaient l’alphabet latin. D’habitude, les écritures alphabétiques attribuent une lettre à un son (contrairement aux écritures logographiques comme l’écriture chinoise). Mais l’alphabet latin ne comptait que 23 lettres, alors que la langue française était composé de plus de 30 sons ! C’est pourquoi les premiers écrivains devaient être assez créatifs : ils faisaient par exemple la différence entre u et ou ; ils se servaient d’accents pour marquer e ouvert et e fermé (comme on les connaît aujourd’hui dans le mot élève, par exemple).

Quelques écrivains du XVIème siècle ont voulu faire correspondre les lettres des anciens mots latins et la nouvelle prononciation française : Le grammairien Louis Meigret se plaignait de la « superfluité de lettres ». Une telle écriture ne prévalut pas à la fin (comme nous le savons). C’est, entre autres, l’Académie française, fondée en 1635, qui en a décidé ainsi. Il est vrai qu’elle a introduit beaucoup d’innovations « modernes » (par exemple, elle a changé françois en français et estre en être), mais elle a eu tendance à être conservatrice : beaucoup de savants d’antan, qui parlaient tous le latin, aimaient bien reconnaître, dans l’écriture française, l’origine latine du mot. C’est pourquoi nous écrivons, jusqu’à ce jour, sept avec p – le mot vient du mot latin septem.

Cela signifie-t-il que l’apprentissage du latin permet de maîtriser l’orthographe française ? Ne serait-il pas mieux de supprimer les lettres superflues ? Ce n’est pas si simple. Il y a eu de nombreuses tentatives pour réformer l’orthographe française. En 1990, des experts ont proposé les « rectifications de l’orthographe ». Elles ne contenaient que des changements modérés ; on voulait, par exemple, lier par des traits d’union tous les numéros formant un nombre complexe, comme cent-trois (au lieu de cent trois). Une innovation très raisonnable, en fait, parmi d’autres. Mais beaucoup de Français se sont élevés contre les rectifications ; ils se sont habitués à leur orthographe difficile. La réforme a donc fini aux oubliettes… À la défense des lettres « superflues », il faut dire qu’elles sont quelquefois assez utiles : si on les abandonnait et que l’on écrivait ver, par exemple, on ne saurait plus si l’on parlait d’un ver, d’un vers, d’un verre ou du vert.

Mais que faire, si l’on ne peut pas s’habituer aux écritures compliquées ? Heureusement, il y a un remède : le truc mnémotechnique. « Auf der Oder schwimmt kein Balken » (« Il n’y a pas de bâton flottant sur l’Oder »), se disent les Allemands quand ils ne sont pas sûrs s’il faut mettre l’accent sur ou (oder en allemand, comme la rivière). Pour se souvenir si l’on écrit courir et mourir avec un ou deux r, on peut donner un coup de pouce à sa mémoire en disant: « Courir, mourir : on ne meurt qu’une fois. » Il y a aussi une devise pour l’accent circonflexe sur le mot abîme : « Le sommet de la cime est tombé sur l’abîme. » Et si l’on ne veut pas forcément gagner les championnats de l’orthographe, il est bien légitime de jeter un œil dans un dictionnaire – qui sait heureusement tout.

© http://www.fplusd.org

Et pourquoi pas la réforme de l’orthographe ?

Voici deux liens pour approfondir le sujet :

Merci professeur

Le monde en français

 

Une réflexion sur “L’orthographe….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s