Playlist géolocalisée

CaptureDu lundi au vendredi, dans la page culturelle des Matins de France Culture, l’actualité musicale par Mathieu Conquet.

Ce jeudi 17 octobre, ce qui nous arrive en musique s’est intéressé à Naples et au sud de l’Italie.

« Comunque Dada » : traduisez Dada quoiqu’il arrive. Refrain hurlé, chanté par Caparezza, rappeur originaire des Pouilles qui signe cette chanson ready-made autour du mouvement Dada. Tristan Tzara, L.H.O.O.Q. et le Cabaret Voltaire réunis ici de façon plus que tonique par un chevelu singulier.

Caparezza cela veut dire le frisé en dialecte des Pouilles, il vient lui de Molfetta dans la province de Bari. Rappeur assez décapant : fan de Franck Zappa, il préfère les vrais instruments aux samples, se montre volontiers satirique et se moque beaucoup de lui aussi. Après Habemus Capa (2006) et Il sogno eretico (2011) il publie un disque tout entier autour d’œuvres célèbres : Museica (2014) où l’on croise la Joconde à moustache de Duchamp, Van Gogh, Velasquez, les toiles lacérées de Lucio Fontana.

On reste dans l’Italie du Sud mais côté de la Campanie près de Naples… avec un scooter qui passe dans rues de Torre Annunziatta, et des quartiers où il est rare que l’on s’aventure. C’était le clip du groupe Biscuits en 2009 pour « Fortapasc » (fort apache) surnom de la ville de Torre Annunziatta en Campanie (station balnéaire dans la banlieue napolitaine). C’est là que, en 1985, Giancarlo Siani, 26 ans, chroniqueur à Il Mattino, a été abattu devant chez lui de dix balles de revolver, victime de la Camorra sur laquelle il enquêtait. Les rappeurs de Biscuits ce sont Gransta, Tripla, Dyna ; au moment où le fils de Dino Risi tournait un film sur cette affaire, les images leur avaient tout de suite inspiré cette musique chantée dans leur langue.

Il était question dans le dossier sur lequel enquêtait Giancarlo Siani de la reconstruction de l’après-tremblement de terre de 1980. C’est une autre reconstruction dont il est question chez le chanteur Clementino  dans sa chanson O Vient’. On le voit au milieu des ruines de La Cité des Sciences à Bagnoli près de Naples – en mars 2013 un incendie criminel attribué à la Camorra avait détruit un des deux grands musées scientifiques d’Italie.

A propos de sauvegarde, plus léger mais tout de même revendicatif : le coup de gueule passé par 500 musiciens il y a un an tout juste piazza Bellini à Naples : « Io sto con Il mandolino ». 500 mandolinistes diplômés des conservatoires italiens réunis en novembre dernier pour défendre l’enseignement de leur instrument dans les écoles – forcément ils jouaient l’hymne de l’unité italienne le Va Pensiero de Verdi. Et ils seront pour beaucoup la semaine prochaine au festival de Mandoline de Lunel (dans l’Hérault) , c’est même un jeune napolitain (Salvatore della Vecchia) qui fait l’affiche du festival. Vous pourrez y entendre notamment Antonello Paliotti et Nunzo Reina jouer cet arrangement de la chanson traditionnelle « Lo Guarracino ».lunel

 

 

Extraits diffusés :

– Caparezza « Comunque Dada »

– Biscuits « Fortapasc »

– Clementino « O Vient’ »

– Reportage manifestation « Io Sto con il mandolino »

– Antonello Paliotti et Nunzo Reina « Lo Guarracino » (trad. arrangé pour mandolines)

 

Liens CLIPS : 

– Caparezza : Comunque Dada dans “Museica”

– Biscuits « Fortapasc »

– Clementino O vient’

– La manifestation « io sto con Il mandolino »

– Le Festival de Mandolines de Lunel – du 22 au 25 oct.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s