Journée de la Francophonie

(F)lexicophilie

LE MONDE | 19.03.2013 à 13h51

Rendez-vous régulier des amoureux des mots, en France comme à l’étranger, la Semaine de la langue française et de la francophonie met l’accent, jusqu’au 24 mars, sur « l’attrait que le français exerce sur les langues du monde ». « Manifestez votre goût ou votre intérêt pour la langue française en jouant avec dix mots choisis, dix mots semés au loin, des mots repris tels quels dans d’autres langues », explique le site Dismoidixmots.culture.fr qui m’invite àrejoindre les rangs de la « Bataille des 10 mots » ou les maillons de la « Chaîne des mots ». Choisir un mot ou les dix et inventer un texte libre… mais qu’écrire avec « atelier », « bouquet », « cachet », « coup de foudre », « équipe », « protéger », « savoir-faire », « unique », « vis-à-vis » et « voilà » ?

Mettons notre moteur de recherche au défi. Qu’attendre de lui sinon qu’il pioche dans les textes mis en ligne par des auteurs mieux inspirés ? Il pointe du doigt ce« Dans mon atelier de poète, je recueille dans ma tête dix bouquets de fleurettes pour mieux me rappeler à mon bon souvenir » ou ce haïku intitulé « Coup de foudre »,« Un soir d’été Quand un éclair meurt Il en apparaît un autre ».

Si je ne devais élire qu’un seul mot, quel serait-il ? Indécise, je m’en remets une fois de plus à mon moteur de recherche, qui devrait, plus que quiconque, connaître le fond de mes pensées. Je saisis « mon mot préféré », et ce sont immanquablement ceux des autres qui surgissent. Sur Forum.exionnaire.com, l’un aime « pardon », justifiant son choix d’un « C’est humain », l’autre préfère« oxymore », parce que « la rhétorique et le français sont des espèces à préserver ». Pour une autre encore, sur Jenefumeplus.org, c’est « épexégétique », un « mot que l’on peut crier, c’est libératoire ; je vois par exemple Haddock traiterd’épexégétique le malotru qui écrase sa clope dans le baba au rhum du capitaine ».

Au rang des mots préférés des étudiants internationaux de l’université de Reims-Champagne-Ardenne, il est des « quasiment », « coquelicot », « n’importe quoi », « c’est quoi ce bordel », « vachement »… et même ce « quoique », parce que « le son de « quoique » me rappelle le son d’une grenouille », avoue un étudiant slovaque.

Parmi les dix mots de cette édition, la ministre de la culture, Aurélie Filippetti, choisirait « bien le mot « cachet » parce qu’il est arrivé jusqu’en italien. Mais [elle a] envie de retenir le mot « bouquet » qui touche [son] imaginaire ». Et, de tous les mots français, la chorégraphe Carolyn Carlson opterait pour «  »chagrin », qui est très poétique », tandis qu’elle tournerait les ballerines au mot «  »bof », car cela manifeste une absence de détermination ». Ne la décevons pas… je choisis donc « Voilà ». Voilà, oui, c’est bien comme mot final. Voilà !

duretz@lemonde.fr

Article sur le monde.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s